Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 avril 2020 2 21 /04 /avril /2020 15:10

Supprimé

de par la volonté

de

Madame y

 

Ce que femme veut...

 

Skeptikos

 

 

Partager cet article
Repost0
18 avril 2020 6 18 /04 /avril /2020 23:21

 

Le reste a été

Supprimé

de par la volonté

de

Madame z

Ce que femme veut...

 

Skeptikos

 

Partager cet article
Repost0
18 avril 2020 6 18 /04 /avril /2020 19:03

 

Il parait que ça fait chic de mettre une citation ....

 

"L’orthographe est la science des ânes" Voltaire 

 

Le 2 juin c'est aussi la date de livraison du premier lot de voitures. C'est Seznec qui le dit et il est évident que c'est Quéméneur qui lui a livré cette information.

Alors, je fais une nouvelle hypothèse. Seznec n'aurait-il pas eu l'idée de s'informer sur place de cette possible livraison et donc sur ce mystérieux marché de Cadillac qui, on le voit à travers ses déclarations, est aussi peu clair pour lui que pour nous aujourd'hui.

« Mestre et Blatgé » chez qui il se rend pour aller se fournir en charnières, ça se trouve avenue de la Grande Armée. Et justement pas bien loin mais plus roche de la Porte Maillot, on trouvait , à l'époque, une forte concentration de marchands de voitures, du neuf comme de l'occasion. Il serait bien étonnant que dans ce petit monde, il n'y eu pas un pote à Seznec susceptible d'avoir entendu parler de revente de Cadillac . Aller s'informer, en tout cas, pouvait être payant. Mais il semble qu'il n'ait rien appris de plus.

Quant à ses recherches à l'hôtel de Normandie... Sachant déjà que Quéméneur était mort...Il n'avait que peu de raison de s'y attarder.

 

Je me suis longtemps demandé s'il y avait un sens au fait que ce soit le 1° ou le 2 juin. D'abord, Seznec parle du premier et Gautier aussi. Mais ça ne colle pas avec le témoignage du postier qui évoque, avec difficulté, le 2 juin. N'est-ce pas la police qui a poussé un peu, jusqu' à ce que tout le monde reconnaisse comme parole d'évangile cette date. Bien sûr, il y a que c'est Seznec qui a dit que pour les Cadillac, c'était le 2 juin. Mais, encore une fois, on tombe là sur les inexactitudes habituelles du personnage dès qu'il s'agit de date et d'heure. Et comme un rapport de flic doit être cohérent et plein d'exactitudes, il faut bien reconnaître que c'est plus la volonté du flic scrupuleux qui a fixé cette date qu'autre chose. Et l'importance que ce soit le 2 plutôt que le 1° ? Aucune .

 

 

Felibres mais dans le Velay 

 

Bon. Il faut avancer un peu plus. Mais comme je vous l'ai déjà dit, ce sera encore dans l'hypothèse.

D'une part, on a Gautier, félibre assidu et gentil escroc.

D'autre part, on a Vacquié, bel escroc entouré de fanas de la plume en langue d'oc. D'abord, il y a son frère Aymar qui scribouille dans des bulletins historico-archéologiques du Sud-Ouest. Puis son secrétaire, André Descimon, hyper-actif dans le Félibrige du Limousin. Et plus tard le pauvre Julien Galéry, riche paysan , poète et complètement grugé dans une virée à Lisbonne.

 

Julien  Galéry

 

On ne peut que supposer en toute légitimité que ces deux messieurs ont dû se rencontrer. Et que se seraient-ils raconté ? Qu'auraient-ils projeté ensemble. Un concours de bouts rimés en langue d'oc ?

Bon, admettez que Gautier devait à l'occasion rendre quelques services à Vacquié. Et dans notre histoire, ce petit service n'aurait-il pas pu être comme un reçu pour des dollars et des liquidités en franc ? En « qualité »  de garant de la BFC.

Si ce fut le cas, Quéméneur n'a dû être bien difficile à embobiner.

«Mais oui, cher monsieur (notre directeur du Havre, de Cherbourg et de bien d'autres ports sur la Manche) . Allez donc chercher votre chèque. Ah, il n'est pas encore là ? Lundi ? Mardi ? Mais quand vous pourrez ...On vous garde la place. Soyez sans crainte... » 

 

 Pour finir, une image de Vacquié que j'aime mieux que celle qu'on connait

 

 


 

Partager cet article
Repost0
17 avril 2020 5 17 /04 /avril /2020 15:26

 Voilà, mes enfants, j'ai enfin compris ce que signifiait " journaliste (communication)". Comme quoi s’intéresser à l'affaire Seznec, ça mène à des petits "à côté" assez instructifs. 

 

Et bien ce journalisme là , ça consiste à mettre son nom en haut de l'article dans la formule "rédigé par" puis faire un copier-coller, illustrations comprises, d'un article paru ailleurs ,  et à la fin , sous l'adresse internet du dit article, signaler en italique et en latin "in situ" . 

 

Supprimé

de par la volonté

de

Madame z

 

Ce que femme veut...

 

Skeptikos

 

 

 

un exemple , en prime 

rédigé par Skeptikos

Blabla

Étymologie[modifier le wikicode]

D’une onomatopée apparue dans les salles de rédaction en 1920 avec le sens de « bavardage, verbiage sans intérêt, fait de parler pour ne rien dire ». Actuellement l’expression à la mode, c’est le  Bla Bla Bla .Cette onomatopée tripartite, inventée par Paul Gordeaux désigne les expressions ampoulées et conventionnelles qui permettent au ministère de nous entretenir d’espoirs chimériques. Les lecteurs les plus éveillés du canard se demandent parfois si leur journal ne tombe pas dans un bla bla bla à rebours qui n’a pas fini de les émerveiller ! Canard Enchainé 20 avril 1946. Pierre Bénard popularisera ce mot dans le journal le 18 octobre 1933). Les politiciens on toujours été de grands inventeurs de mots rébarbatifs. Les journalistes aussi, d’ailleurs battons notre couple [sic : coulpe]. C’est a l’un de nous, Paul Gordeaux, a qui revient le meilleur néologisme du demi siècle : Blablabla qui connut aussitôt le succès, la fortune que l’on sait […][1]
Peut-être [1] en rapport avec blaguer au sens de « dire des propos ridicules ou des mensonges ». Attesté dès 1937 dans Bagatelles pour un massacre de Louis-Ferdinand Céline [Louis Ferdinand Destouches].
in situ
https://fr.wiktionary.org/wiki/blabla  
 
 un autre exemple :
 
 
rédigé par Skeptikos
 

in situ

https://www.google.com/search?q=in+situ&rlz=1C1FDUM_frFR683FR684&oq=in+situ&aqs=chrome..69i57j0l5.10663j0j7&sourceid=chrome&ie=UTF-8

 

 

Bien sûr, comme d' habitude vous avez le droit à une image
 

 A bientôt !

 
 
Partager cet article
Repost0
16 avril 2020 4 16 /04 /avril /2020 14:17

 

Bonjour les enfants, 

 

Vous y avez compris quelque chose vous à ce fouillis ? 

 

Moi rien. 

 

Le Télégramme a le droit de défendre qui il l'entend , après tout. Et d'autres ont le droit de les critiquer. Tout-à-fait d'accord. Pour le fond. Mais pour la forme, oh la la.....Quel salmigondis !

 

Tenez, au fait, je ne crois pas  avoir déjà publié cette amusante toile de Victoria Kalaichi

 

 

Partager cet article
Repost0
15 avril 2020 3 15 /04 /avril /2020 19:03

Et vous pensez qu'il serait venu comme ça , par hasard, voir Joseph Gautier le 2 juin ?

Ça fait pas tellement plus d'une semaine qu'ils se sont séparés et déjà Seznec retourne à Paris. Mais pourquoi ? Pour aller s'informer, qu'il dit, si Quéméneur est bien descendu à l' hôtel de Normandie. Pour aller acheter quelques bricoles chez Mestre et Blatgé. Il n'y en avait ni à Morlaix ni à Brest ? Des charnières ?

Et aussi pour consulter un avocat qu'il ne connaît pas au sujet de son affaire contre M° Croissant ? Même si, d'après certains, il va voir M° Bienvenu dès le 4 juin . Et cet avocat, il mettrait des annonces dans des journaux qui sont vachement lus à Morlaix ? Tout le monde connaît Gautier en Bretagne et ailleurs. On se précipite de la France entière pour ses consultations pas chères . On se rue dans sa salle d'attente pour ses conseil , surtout en matière de divorce ! C'est vrai, c'est tellement mieux que Bienvenu, un pauvre parent du Maréchal Foch, que seuls les ploucs de Morlaix vont consulter. Et cet idiot de De Jaegher, lui qui avait eu un Pierre Laval comme conseiller dans une autre affaire, ça ne lui était pas venu à l'idée qu'il y avait mieux que ce local de Bienvenu ?

Mais ce Gautier, au fait, c'est qui ?

Mais vous le savez déjà , mes enfants, je l'ai dit je-ne-sais-combien de fois.

Gautier, c'est un avocat né à Tarascon et qui plaide à Marseille dans les année 1880-1890 . La presse locale cite nombreuses de ses plaidoiries. Pas de quoi rendre fous les amateurs de crimes sanglants.Mais ça plaide et souvent. Gautier ne fait pas que dans la toge et la salle d'audience. C'est un félibre, et pas qu'un petit. Je ne connais pas grand chose à la hiérarchie de la sympathique compagnie du Félibrige. Ce que je sais c'est qu'il revient sans cesse dans la Presse du Midi.

Je crois surtout qu'il se tape la chance d'épouser une chouette , et sans doute  jolie nana qui deviendra la super protégée de Mistral. Elle est poétesse en provençal et ça plaît au Maître et à tous ses commensaux. Et le Mistral devient son parrain et, par effet miroir, le Gautier, quant-à-lui, avec ses poèmes perso à la clé, il est vite un numéro deux dans le Félibrige local . Archi- actif, le couple ouvre un journal, inaugure les stèles, palabre à tous les banquets. Du « Sémaphore de Marseille » au « Provençal », on multiplie les articles louangeurs sur Joseph Gautier et la charmante Élisabeth Brémond, dite Brémonde de Tarascon, son pseudo, non, son nom de plume. Non, sans déconner, elle fut une poétesse de grand renom et même qu'elle a son article Wikipédia. Mais la belle quitte la vie avant ses quarante ans, en 1898, après une ou deux années douloureuses, nous dit-on, sans plus ...

bon, bien , un peu gironde

Apparemment son avocat et poète de mari en prend un fichu coup. On entend plus parler de lui jusqu'à 1913 . Un condamnation pour escroquerie à Paris mais qui nous révèle qu'il y en avait déjà eu du côté de Marseille. Ce qui l'avait fait rayé du Barreau phocéen.

A Paris, où il s'intitule « avocat-conseil », il magouille avec deux sombres aigrefins mais, il faut bien le reconnaître, ce genre de délit, à cette époque , n'était pas bien sévèrement puni, nettement moins que le vol d'une botte de carotte.

photo supposée de Gautier et ses deux complices

En plus de ses conseils pour divorce et ses enquêtes « en toute discrétion », il a toujours une activité littéraire en livrant quelques critiques, en animant quelques feuilles et quelques chroniques. Du pas bien important. Le plus rigolo, c'est que sa fille est médecin à la Préfecture de Police et qu'elle épouse un rejeton d'une grande lignée de la mécanique dentaire. Elle en divorcera rapidement. Bien lui en pris car le pauvre fera partie des « victimes » de l'épuration violente et sans nuance de Périgueux en 1944. Condamné à mort, sans autre précision.

 

Gautier continua jusqu'à sa mort en 1942, à tenir son cabinet, gratuit pour les troufions, et à fréquenter les théâtres.

 

Bon.

 

Donc pourquoi Seznec se précipite pour consulter ce bon Gautier ?

 

Et pourquoi le préciser à la police et à des journalistes ?

Pour que ceux-ci découvrent chez Gautier ce que lui n'y a pas trouvé ?

 

Et Gautier, qui lui non plus ne sait pas ce que cherchait Seznec va tout simplement resservir à la police les faux-semblants de cette visite.

 

Côté Seznec, les raisons de cette visite, sont, à mon avis, assez simples : il a trouvé dans les affaires de Quéméneur , dans ses poches, ou dans sa valise , un élément qui fait le lien avec Gautier : une adresse sur une carte , un reçu ou quelque chose d' équivalant mais qui est en lien avec les cadillac . Ne pas oublier que le 2 juin, les dix premières voitures devaient être livrées.

Seznec ne sait réellement qu'une chose, c'est qu'il a donné ses dollars. Et si les dollars ont étés versés, il doit exister un reçu. Ce reçu , ce pourrait être quelque chose signé par Gautier , ou signé sur un papier commercial de Gautier.

Dans mon histoire, Seznec trouve donc dans les poches de Quéméneur l’adresse de Gautier et donc il se rend chez Gautier et là, il amorce l'avocat avec son différent qu'il a contre M° Croissant et ça ne va plus loin, tant le personnage, avec son costume d'il y a trente ans, son accent et son attitude théâtrale s'oppose à tout ce qu'est Seznec. Deux filous, mais dans des registres totalement opposés.

Ce Gautier, faire dans la revente de cadillac ? En liaison avec les Russes ?

Seznec n'y comprend rien et remet les choses à plus tard.

 

Oui, vous êtes en train de me dire « et pourquoi Gautier, il aurait signé un reçu pour les dollars ? »

Il faut que je vous explique que Gautier, il a toujours cette fichu passion pour le Félibrige. A Paris, il assiste à toutes les réunions qui tournent autour. Il y a cette fête à Saint-Cloud, où, tiens, le jeune Julien Galéry, justement, est récompensé par un prix de poésie.

Vous savez , le Julien Galéry qui se fera arrêter en compagnie de Vacquié à Lisbonne, en 1927 je crois.

Et puis, il y a dans ces parages des types comme les Vacquié...Meudon, Saint-Cloud, les traficotages de banques , les actions douteuses.

 

Je sais, ce n'est que supposition.

 

Et c'est bien là la faiblesse....

 

En tout cas , j'ai eu beau chercher, je n'ai pas trouvé d'autres explications valables à cette visite à Gautier.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
14 avril 2020 2 14 /04 /avril /2020 13:02

Ce matin, j'ouvre internet et, après avoir lu les informations, je vais voir du côté blogs Seznec.

Et bien, en toute modestie, moi les collègues, je ne les copie pas, je les aide.

Une heure de travail et je trouve une Madame Thérèse Mallet, qui est née Guy, dont le mari, Henri Mallet, travaillait dans l’hôtellerie, du côté de Mantes. Et pourquoi pas que ça pourrait être celle-là. On dit bien "Madame" chez Rouz et les autres. De plus, cette dame fait son observation à 11 h du soir , donc, vraisemblablement, elle dort à cet endroit. Et qu'est-ce qu'il y a à cet endroit ? Le relais du pavé? Ben oui, une auberge,  Vilnat, pinard et autres gouttes en tout genre. La Thérèse, elle avait 44 ans en 1923 et , comme son mari, elle devait travailler dans l’accueil des touristes, si nombreux en cette époque de l'année . Ou faire une pose chez une copine. 

Sympa mais paresseux. Donc, je ne vais pas plus loin et si vous avez besoin de mes références, il faudra me les demander. 

Allez, vous méritez bien un image. Et moi, je vais déjeuner,  il est temps.

 

En fin de journée, je vous rajoute cette deuxième vue

  Et ça que je trouve en fin de soirée

 

 

C'est déjà mardi 1 h du mat mais tant pis. Ça me pose des tas de questions :

Supprimé

de par la volonté

de

Madame x

Ce que femme veut...

 

Skeptikos

 

 

 

et maintenant ce que tout le monde peut trouver sur le site des AD des Yvelines (encore images, s'il vous plait ! il y en a quatre, 1921,1926,1931 et 1936 ! )

 

Partager cet article
Repost0
9 avril 2020 4 09 /04 /avril /2020 19:21

Salut les enfants.

Et bien puisqu'on est comme dans une courre d'école, je fais comme dans l'école. Prem's ! Prem's ! 

Mais rassurez vous, je fais assez bref. Vous avez tellement d'autre choses à lire ailleurs...et du super intéressant, pensez donc , de la bigoterie tout les deux mots . M'est avis que lui aussi , il était pas bien loin de la débilité sénile. 

 

Bon. Voilà, en replongeant  chez les De Jaegher, dont certains suggèrent, (mais pourquoi donc ????!!!!), que l 'André aurait fait l'indic aux Renseignements Généraux   ( ?????!!!!! , c'est tellement surprenant que je double mes exclamations. Je pourrais en faire trois cents lignes comme ça. Ça ferait de la copie. Y parait que c'est mode chez le voisin, faire de la copie.. )

Bon. De Jaegher. Et bien  son père, c'était le Président de la ligue des Droits de l'Homme de Morlaix et son frère, médecin à Carhaix, il est un peu plus tard Président de la ligue des Droits de l'Homme de Carhaix. Vous connaissez Carhaix, c'est là qu'a commencé la Révolte des Bonnets Rouges.

La ligue des Droits de l'Homme, c'est aussi Madame Bosser, celle qui, avec Hervé a lancé la campagne de l’innocence  de Seznec. 

Alors, les De Jaegher, ils auraient pas un peu trempé là dedans ?

Plus vraisemblable que les RG , non ?

Et en prime, je vous offre , pour la première fois sur les blogs, la photo de De Jaegher.

Ça sort de l'Excelsior  du 2 novembre 1924.

On peut la copier. Je sais que d'autres sont friands de mes illustrations.

Partager cet article
Repost0
8 avril 2020 3 08 /04 /avril /2020 13:59

Je déplore la fermeture du blog de Bertrand Vilain.

Même si je n'étais pas toujours en accord avec les positions, les propositions et les affirmations qu'il contenait.

Je reconnais que mon ironie a souvent dépassé le respect dû entre adversaires et passionnés.

J'avais tort.

Qu'il en accepte l'expression formulée ici.

Partager cet article
Repost0
7 avril 2020 2 07 /04 /avril /2020 15:45

 

 

Ah bon ? !  Vous vous rendez compte les enfants !

 

J'étais bien naïf.

 

Moi, les pseudos, j'avais cru que c'était du pas bien acepté, du moche , du méchant. Vu que j'ai été l'un des premiers à profiter des flèches des anti-pseudo, et particulièrement de la cheffe des archers qui tire sur moi à un rythme quotidien.

 

J'avais pensé que le blogueur au nez creux, avec ce nom à l'ancienne, il devait en faire partie de la compagnie des porteurs de pseudo, comme mes correspondants, dans les temps du passé, qu'on voyait sur mon blog. Des "Berthe", des " Marc.D " et autres "Ah, bon".

 

Et puis Monsieur Vilain, la semaine dernière, en plein duel Reverso, voilà-t'y-pas qu'il se fait la même réflexion.

On échange nos impressions, nos tuyaux.

Normal, entre boulets, on passe le temps.

Et, comme par hasard, les références disparaissent de la toile.

Ah, tiens. On avait visé juste ?

Mais pourquoi faire disparaître tout ça ?

Qu'y avait-il à cacher ?

Ça reste un mystère.

 

Ah. Un nom de plume. 

Un écrivain donc. 

Dont on nous cache les livres, les ouvrages, les  articles, les nombreuses correspondances littéraires , scientifiques  et tout le  coulchi ?

 

Moi, j'avais pas pensé à tout ça. Je vous le dis , les enfants, j'étais naïf. J'avais pas très bien compris que l'interdiction du pseudo, ça n'était réservé qu'à moi.

 

Bon.

Entre temps, Lili la Rouge m'invente mon passé.

C'est bien. Ça m'évitera d'avoir à le raconter. Et puis, ce qu'elle en dit est tellement imaginatif, drôle, plein d'humour que je la remercie de tout cœur de s'être donné une telle peine. Merci. Oui, merci...

 

 

Et comme il faut que vous poursuiviez en matière de connaissance de la peinture italienne du XVII °, je vous propose cette délicate nature morte de Giovanna Garzoni. Oui, un femme, il y en a si peu de connues... Vous vous émerveillerez de la finesse  de la mouche et du symbolisme du melon d'eau.

 

 

J'allais fermer mon "bistrot littéraire" en cette fin de journée, quand je vois que Seznek a rouvert le sien , hiers. C'est bien.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Affaire de cadillac
  • : Histoire d'y voire un peu plus claire dans la disparition de Pierre Quemeneur et dans la condamnation de Guillaume Seznec
  • Contact

Recherche

Liens